La fabrication du verre à Murano.

C'est toujours un grand privilège de pouvoir entrer et photographier ces fours qui où,depuis des siècles, on fabrique le verre du Murano.

Murano-Murrine.jpg

Ici on voit l fabrications des longes baguettes colorées, appelé "Murrine", qui ont à l'intérieur different couleurs et dessins. Les "Murrine" sont largement utilisées pour en faire des bijoux.

Photo prise avec mon Leica SL, Summicron 50mm, 1/200s f/2,8 iso 800.

L'artisan et le brocanteur du Ghetto.

La photo d'interieur dans le Ghetto de Venise.

Ils étaient tellement pris par leur journaux que j'ai pu utiliser un pied Gitzo en toute souplesse. 

L'artisan-et-le-brocanteur.

Ce deux personnes s'appellent Emilio et Carlo. J'avais déjà photographié Emilio lorsque je préparais mon livre sur la construction de gondoles, car il est l'un des graveur qui font les décorations sur la partie supérieure des sièges des gondoles mêmes. Carlo est un brocanteur qui à son atelier dans le Ghetto de Venise dans un endroit que était jadis un vente d'huile d'olive. J'ai pu sortir mon pied Gitzo Traveler et utiliser un très commode temps de pose de 0,7", sans qu'il bougeaient. Diaphagme f3,4, iso 200, avec Leica M 240 et 28mm Elmarit f2,8.

Le drôle magasin de Aldo Strasse à Castello!

La photo de portrait pendant un Photo Tour à Castello.

Celui-ci n'est pas seulement un magasin, c'est un morceau de la vrai Venise!

Magasin-Aldo-Strasse

Strasse en Vénitien veut dire guenille, et dans le magasin de Aldo Strasse à Venise vous pouvez en trouver tant que vous voulez! Il vend des vêtements d'occasion depuis 1973, et avec lui vous pouvez parler de photographie aussi, il est très fier possesseur d'un Leica R4 qui se trouve dans l'armoire juste derrière lui! Donc faites attention, dans la photo de portrait le sujet est important, mais tout ce qui il y a autour aussi, specialment dans ce magasin!

La merveilleuse aventure de Marco Polo, 3ème partie

Devant l’entreprise colossal de Marco Polo l’on reste confondu.

L'arche-de-la-maison-de-Marco-Polo

Il est vrai qu’aujourd’hui ce titre d’explorateur est souvent galvaudé, mais devant l’entreprise colossal de Marco Polo l’on reste confondu : pendant près un quart de siècle, il voyage sans cesse dans toute l’Asie ou presque, empruntant uniquement les moyens de locomotion en usage dans un monde non mécanisé. Mais ces découvertes déjà si importantes en elles-mêmes, le ont plus encore par l’univers qu’elles dévoilent. Une fois interdite la route des épices et de la soie, une fois les Turcs maîtres de la Méditerranée orientale, l’Asie et ses richesses que Marco Polo avait présentées à l’Europe sont toujours là. Est-ce une coïncidence si la République envoie Le Livre des Merveilles à Henri le Navigateur qui devait ouvrir la route maritime des Indes à Vasco de Gama? Peut-être. Est-ce encore une coïncidence si, à la bibliothèque de Séville, Christophe Colomb annote le récit du célèbre Vénitien ? Certainement pas. Ainsi, par l’intermédiaire de cet explorateur de génie dont l’aventure avait commencé dans la boutique d’un comptoir de Crimée, l’empire de la République de Venise en Méditerranée préfigurait les fabuleux empires des souverains espagnols et portugais qui, des Indes orientales aux Indes occidentales, allaient se partager le monde.

Corte-seconda-del-Milion

Cette volonté de puissance se révèle déjà à Venise, mais ici, ce pouvoir est plus civil que militaire, plus commercial que politique et il est souvent atténué par un esprit de mesure évident, un certain respect de la personne humaine. Là encore, Venise est l’héritière des meilleures traditions de Rome, c’est toujours la domination de la pax romana, lorsque la res publica avait priorité sur les caprices des empereurs, les fantaisies des courtisans. Le Sénat surveille constamment ses envoyés et quand la République décidera une politique d’annexion, elle l’exercera en « terre ferme », en commençant par sa propre province Comme l’état se charge de la construction des bateaux et organise les convois, c’est lui qui dirige l’administration de l’empire. A Costantinople le baile est envoyé pour deux ans, il est représentant de la Sérinissime auprès du Basileus comme il le sera par la suite auprès du sultan. Avec ses deux conseillers, son Conseil de douze patriciens vénitiens, des marchands résidant eux aussi pour la plupart dans la ville, il a priorité sur tous les autres magistrats, bailes et consuls de la Tana en Crimée, de Trébizonde et de Lajazzo en Arménie, de Chypre ou d’Alexandrie, dont le rôle ne peut être que strictement local et qui, malgré cette surveillance discrète mais permanente, jouissent d’une large autonomie. Pour le bien général, chacun selon son rang, a pour tache d’assurer la prospérité du commerce Vénitien.

Le premier Leica Akademie Discovering Venice

Leica Ambassadeur à Venise.

Les ateliers de photo organisé par Leica à Venise.

Leica-Akademie-Venise

Leica, le plus fameux constructeur d'appareil photo, décida il y a quelque années de tenir des ateliers de photo un peu partout en Italie, et moi, en tant que Leica Ambassador, j'ai l'honneur de tenir le Leica Akademie à Venise et dans toute la Région. Ceci était le premier groupe du Leica Akademie, en 2014. J'avais préparé trois Photo Tours, un pour chaque jour, et chaque personne a eu un Leica M et un objectif pour toute la durée du workshop.

Devant l'église de San Francesco della Vigna.

800 Iso dans la photo de rue.

Ceci ce sont des lieux ou souvent j'aime me balader tout seul ou pendant un Photo Tour.

Enfants-qui-jouent-à-Venise

L'église, le Campo et le cloitre de San Francesco della Vigna sont des lieux ou souvent j'aime me balader tout seul ou pendant un Photo Tour, car j'y trouve toujours quelque chose d'intéressant. Ici, des enfants étaient en train de jouer devant l'entrée principale de l'église. Leica M 240 avec 28mm Elmarit. 1/250s f11 iso 800. Souvent j'utilise des valeur d'iso assez haut, pour avoir un temps de pose assez vite et un petit diaphragme (f/11 dans ce cas-ci) qui ne rend une bonne profondeur de champ.

La merveilleuse aventure de Marco Polo, 2ème partie

Si cet homme, qui a parcourut et décrit l’Asie presque dans son entier, n’est pas un grand explorateur, qui pourrait aspirer à ce titre de gloire?

Si l’on doit résumer nûment l’œuvre exploratrice de Marco Polo, il faut lui reconnaître la priorité absolue de presque tous ses itinéraires qui lui ont permis de parcourir, le premier entre les Occidentaux, des régions dont ceux-ci n’avaient qu’une trop vague idée, et beaucoup d’autre dont l’existence était tout à fait inconnue. Entre ces dernières il suffit de rappeler les traversées de la région iranienne et, en particulier, celle du terrible « Désert Nu » de la Perse centrale, les vallées du Khoranan et de l’Hindon-Kouch; les haut plateaux de Pamir, la succession de villes et de cultures aux bornes du désert du Takla-Makan, et celle aux bornes du grand désert de Gobie ; les steppes de la Mongolie méridionale, la Chine immense avec ses plaines et ses montagnes, ses fleuves et ses lacs, ses port et ses villes surtout, avec sa civilisation prodigieuse, les bornes orientales du Tibet avec ses populations primitives, la zone montagneuse entre le Jun-Nan et la Birmanie, véritable creuset d’humanité à demi-sauvage; la Birmanie elle-même avec ses temples reluisants; la Cochinchine et Java et Sumatra, avec leurs gens différentes de tous les autres ; les petits archipels dispersés dans le golfe de Bengale, les îles Nicobar et les Andaman ; Ceylan avec ses traditions du Bouddha et ses trésors de joyaux.

Le-voyage-de-Marco-Polo

Parmi ces régions dont les Occidentaux pouvaient avoir quelques notions quioque très vagues, il nous décrit, pour les avoir visitées, l’Armenie, la Boukharie, la Perse, et plus encore l’Inde, avec ses ascètes et ses pirates, ses mers riches en perles et ses montagnes riches en diamants. Parmi les régions qu’il n’a pas parcourues, mais dont toutefois il a entendu parler, il a révélé la Sibérie septentrionale avec ses étendues de glaces et sa faune d’ours blancs et de renards noir ; le Japon aux palais incrustés d’or; la multitude insulaire des Indes orientales avec ses ports marchands actifs; Socotora avec ses baleiniers ; la région côtière de L’Afrique orientale, arrosée pal l’océan Indien, avec sa venaison et ses dresseurs de chameaux. Si cet homme, qui a parcourut et décrit l’Asie presque dans son entier, n’est pas un grand explorateur, qui pourrait aspirer à ce titre de gloire?

Les enfants qui jouent à San Francesco della Vigna.

Le temps de pose lent pour donner l'impression du mouvement.

Souvent cette porte est fermée, mais pendant un Photo Tour à Venise chaque fois j'essaye d'y entrer.

Enfants-qui-jouent-à-Venise

La cour intérieure ou jouent les enfants du quartier de San Francesco della Vigna à Venise n'est pas loin de l'église et dans cette photo, vous pouvez en effet voir la base du clocher de l'église même. Il faut vraiment connaitre l'endroit, car souvent la petite porte pour arriver ici est fermée, mais chaque fois que je passe par ici pendant un Photo Tour j'essaie d'y entrer pour voire ce qui se passe à l'intérieur. Les enfants étaient en train de jouer prés du but du champ de football et j'ai utilisé un temps de pose assez long (1/60s) pour avoir du mouvement en premier plan. Leica M240 avec 28mm Elmarit 2,8 asph. 1/60s f10, iso 400.

Campo Ss. Giovanni e Paolo

La photo de rue en Campo Ss. Giovanni et Paolo.

La vitre devant l'enfant aurait pu gêner, mais elle est devenue une partie important de la photo.

Campo-Ss.Giovanni-et-Paolo

Il y a beaucoup de choses à dire sur Campo Ss. Giovanni et Paolo, sur ce relief en particulier, et pendant un Photo Tour on y passe souvent devant. Cette fois-ci ce qui m'as surpris est le gosse qui jouait derriere la vitre de protection. Leica M240, 28mm f2,8 asph, 1/750s f6,8, iso 400. 

La merveilleuse aventure de Marco Polo (I^ partie)

Aucun voyageur, aucun explorateur, jusqu’aux temps les plus modernes, n’a si amplement parcouru le continent Asiatique.

Marco-Polo

Cet empire de Venise, seul empire colonial du Moyen Age, après les voyages de Marco Polo en Extrême- Orient, est le lien entre la cour des Koubilay, le Grand Khan des Mongols, dans le Cathay lointain, la Chine de ce temps, et les pays occidentaux. Et il n’est pas étonnant que Nicolas Polo, père de Marco, et son frère Mathieu, se lancent à l’aventure cers le Caucase et la Perse en partant du comptoir de Soldaja en Crimée où ils exercent un commerce de pierreries. C’est après dix ans d’un long et périlleux voyage qu’ils reviendront à Venise pour y repartir en emmenant Marco, âgé de quinze ans seulement: il venait de perdre sa mère. Cette seconde expédition devait durer vingt-quatre ans ; c’est elle qui nous est contée dans le Livre des Merveilles

Le-livre-des-merveilles

Cet ouvrage, plus connu à Venise comme Le Million d’après le surnom familier de son auteur, a été sans doute le plus copié, le plus imprimé et le plus lu de tous les livres qui ont apporté du nouveau à notre connaissance de la terre et de l’humaine condition. Fait curieux, ce récit est dû au hasard plutôt qu’à un désir précis du voyageur : s’il se plaît à répondre sans se lasser, et même « avec bénignité et amabilité » selon Ramusio, aux jeunes gens qui viennent l’interroger dans sa maison de Venise, aujourd’hui disparue, il faut que Marco Polo soit fait prisonnier par les Génois dans les eaux du Lojazzo en Méditerranée orientale pour entreprendre ce travail. En 1298, pendant sa captivité, il dicte à l’un de ses compagnons de prison, Rustichello da Pisa, le détail de ses observations. A la première lecture, le Livre des Merveilles semble fantastique et plus proche d’un conte de fées que d’une relation scientifique, mais pour ce qui veut goûter le charme et l’objectivité du narrateur, il lui faut saisir le sens profond de cette fabuleuse aventure. Après lui, en effet, comme le souligne si bien Giotto Dainelli, aucun voyageur, aucun explorateur, jusqu’aux temps les plus modernes, n’a si amplement parcouru le continent Asiatique.

Le Café en Campo San Luca

Saisir le bon moment.

Une photo prise en vitesse, pour ne pas perdre l'instant décisif.

Un-café-près-de-Campo-San-Luca

Les quarte femmes étaient blondes et habillées en clair et les hommes en noir. Elles avaient l'aire d'avoir beaucoup de choses intéressantes à se raconter. Leica M 240 avec 28mm f2,8 asph. 1/250s f3,4 iso 1600.

Dans le "Squero" avec John Sexton!

The-Negative-Ansel-Adams

Avez-vous déjà entendu parler de John Sexton? Moi oui, bien sûr, et il est un de mes héros! Ce monsieur a était pendant des années l'assistant de l'un des plus grands photographes Américains : Ansel Adams! À l'âge de 26 ans, soit en 1979 jusqu'à la mort de Ansel Adams, en 1984, John Sexton était à côté du célèbre photographe, et il a hérité tout son énorme savoir. Aujourd'hui, John Sexton est depuis longtemps un photographe très connu, et quelle surprise alors quand je fus présenté à lui lors de l'inauguration de l'exposition de Sebastiao Salgado à Venise. J’avais lu, ou plutôt, je connaissais par cœur la trilogie écrite par Ansel Adams, «La caméra, Le négatif, Le tirage", et je me souvenais par cœur chaque photo, chaque nom, y compris celui de son assistant John Sexton.

Donc, le connaître a été comme ouvrir un livre qui avait été fermé, mais très présent dans ma mémoire, pendant des décennies. John et sa femme, Anne, également photographe, ont exprimé le désir de photographier dans un squero le chantier naval où les gondoles sont construites, en sachant que j'avais publié le seul livre de photos existant au monde au sujet de leur construction. J'ai donc eu le plaisir de faire un tour photo à Venise avec John Sexton! Incroyable, quand il a ouvert son sac, avec les Hasselblad dedans, j’ai vu les dos pour la pellicule avec marqué les différents développements et les différents types de films, tout exactement comme je l'avais lu dans les livres, et comme moi même j’ai fait pendant des années avant de passer au numérique.

John-Sexton-dans-le-Squero.

Le calme et la précision nécessaire, comme si le temps s’était arrêté. J'enviais beaucoup qui était capable de continuer la grande tradition de la photographie argentique en noir et blanc, non pas seulement pour les résultats, mais aussi pour la méditation et les photos faite avec toute calme. Tout le contraire de ce que souvent je vois faire par de gens qui pensent d’être «photographe» seulement parce qu'ils ont une caméra ... Un superbe après-midi, qui je l'espère répéter bientôt, et depuis ce temps, quand je peux, j’aime reprendre mon Hasselblad avec un soupir de soulagement, me consacrer un peu de temps pour moi seulement.

John-Sexton-and-his-Hasselblad
John-Sexton-and-Marc-De-Tollenaere
John-Sexton-and-Ansel-Adams

Le forgeron à San Polo

Le souple obturateur du Leica SL.

Le Leica SL est une mirrorless, ce qui permets des temps assez lents.

Le-forgeron-de-San-Polo

Une image curieuse, le forgeron avais trouvé ça qui sais où et l'avais amené dans son atelier! Leica SL 1/15s f5,6 iso 800 avec mon Leica M 28mm f2,8 asph. J'aurais pu utiliser une valeur d'iso supérieure, car avec la Leica SL on peut facilement pousser la sensibilité jusqu'à 6400, mais l'obturateur de l'appareil est tellement discret (la Leica SL est une mirrorless) que même à 1/15s on ne risque pas de bouger. 

La Biennale d'Art dans l'Arsenal.

Peut avant ou peu après un événement, c'est la meilleur occasion pour prendre une photo!

Quelle bonheur de se ballader dans l'Arsenal desert!

La-Biennale-d'Art-dans-l'Arsenal.

Tout les deux ans à Venise il y a la Biennale d'Art. L'une des choses les plus intéressantes à faire est de se balader le long des espaces vide de l'Arsenal, une fois que l'exposition est terminée. On y peut toujours trouver des vitamines créatives pour une photo! Leica M 240, 28mm Elmarit asph 2,8, 1/90, f10, iso 800.

L'Arsenal, oul'enfer de Dante!

Même Dante resta impressionné par l'Arsenal de Venise.

C’est là qui réside la principale force de l’la Cité des Doges. Dans ses quatre énormes bassins jusqu’à trois flottes entières peuvent prendre place. 

L'entrée-de-l'Arsenal

De ce labeur quotidien, chacun y trouvait sa part à l’Arsenal. Aujourd’hui encore, il suffit de franchir la porte, le premier monument de la Renaissance à Venise, construit en 1460, et qui a subi par la suite des transformations pour retrouver les vestiges d’une activité inlassable. Commencé en 1104 selon la tradition, l’Arsenal a été sans cesse agrandi pour atteindre sa superficie actuelle. Entouré de hautes murailles de briques roses aux créneaux en queue de poisson et d’un fossé, il communique avec la lagune du côté des Fondamente Nuove. Ici, un canal fermé par une porte flanquent deux tours, permettait aux navires d’entrer ou de quitter les hangars, les bassins de radoub et le plan d’eau intérieur pour se rendre dans le bassin de Saint-Marc.

Le-bassin-interiéur-de-l'Arsenal

C’est de cet ensemble grandiose de bâtiments et d’ateliers que sortirent la plupart des navires de la République. Actuellement, une partie de ces bâtiments abrite le musée Historique Naval où des maquettes, des souvenirs et des trophées de la Marine Vénitienne, puis de la Marine Italienne, sont conservées ainsi qu’une touchante collection d’ex-voto pittoresques peints par le marins échappées à quelque naufrage et des fragments du dernier Bucentaure détruit par Napoléon. L’autre partie est occupée par les bureaux et différentes services de l’Amirauté qui  a bien voulu m' autoriser à pénétrer dans l’Arsenal, habituellement interdit aux curieux et qui, autrefois, avait accueilli parmi tant d’autres, un visiteur célèbre, Dante Alighieri.

Dante-Alighieri-auteur-de-la-Divine-Comédie.

On sait, en effet, que l’auteur de la Divine Comédie vint à Venise comme ambassadeur du seigneur de Ravenna, Guido da Polenta. Il visite l’Arsenal. Il est tellement impressionné par le spectacle grandiose qui lui offrent le quais et les chantiers où se mêlent charpentiers et matelots, où les armuriers succèdent aux calfats, qu’il s’en inspire pour écrire un passage du chant XXI de l’Enfer:

 

Quale nell’Arzanà dè Viniziani

Bolle l’inverno la tenace pece,

A rimpalnmar li legni por non sani,

Che navicar non ponno e’n quella vece.

Chi fa suo legno nuovo e chi ristoppa ;

Le coste a quel, chi più viaggi fece :

Chi ribatte da proda, e chi da poppa,

Altri fa remi, e altri volge sarte ;

Chi terzeruolo e artimon rintoppa ;

Tal, non per fuoco, ma per divin arte

Bollia laggiuso una pergola spessa

Che inviscava la ripa d’ogni parte.

 

Comme l’hiver, dans l’Arsenal des Vénitiens,

la poix tenace bout pour calfater les vaisseaux endommagés,

 et au lieu de naviguer ce qu’ils ne peuvent faire,

celui-ci remet sa coque à neuf

et celui-là étoupe les bords du bâtiment qui a fait de nombreux voyages.

Qui de radouber la proue, qui la poupe;

L’un prépare les avirons,

Et l’autre tord des haubans ;

Ou encore il répare les voiles de misaine et celles d’artimon.

Ainsi, non par le feu,

Mais grâce à un art divine

Bouillait en ce bas-fond

Une poix épaisse qui engluait la rive de toutes parts.

L'intérieur-de-l'Arsenal

Ainsi, à travers l’Europe entière, la Méditerranée et jusqu’en Orient, ces chantiers navals avaient acquis une grande réputation; n’étaient-ils pas à l’origine de la prospérité et des victoires de la Cité des Doges? Encore aujourd’hui l’on reste confondu devant l’ordonnance des anciens hangars où venaient se ranger les galères, d’autre où l’on tressait des cordages de plus de deux cent mètres de long et l’on peut toujours voir deux grandes cuves de pierre remplies d’eau douce qui servaient à se laver, à les débarrasser du sel, à leur rendre leur première souplesse. L’Arsenal n’avait pas son pareil non seulement pour fabriquer, mais aussi pour entretenir tout ce qui était nécessaire à la plus grande flotte de guerre et de commerce des XV et XVI siècles. Les victoires de Venise sur Gênes, sa principale rivale, comme sur les Turcs de plus en plus menaçants, c’est surtout grâce aux remarquables travaux de ses ouvriers, les arsenalotti, que la Sérénissime les remportera. Ils sont près de soixante mille à l’époque de la plus grande activité. En effet, cet Arsenal, comme les ennemis de Venise aimeraient s’en emparer ! Que de fois, d’ailleurs, Milanais, Espagnols, Turcs n’essaieront-ils pas d’allumer des incendies !

Un-des-lions-qui-gardent-la-porte-de-l'Arsenal

C’est là qui réside la principale force de l’Etat. Dans ses quatre énormes bassins jusqu’à cent vingt galères – trois flottes entières – peuvent prendre place. Chantiers de carénage, chantiers de radoub : in n’est pas une avarie qui ne puisse ici être réparée. Ferrements, clous, ancres, boulets, planches, mâts, timons, avirons, chanvre, cordages, câbles, voiles, poix, salpêtre, poudre : in n’est pas un élément constitutif d’une galère, pas un instrument dont elle se sert qui ne soit ici fabriqué. Pour éviter les vols, la moindre pièce est estampillée au sceau du lion ailé, même les clous ! Et dans tout atelier des moules spéciaux permettent une production en série. Aussi Venise n’a-t-elle pas sa pareille pour s’armer. Lors de la guerre de Lépante, cent galères en cent jours furent, dit-on, construites. Et Henri III devait longtemps parler de la démonstration à laquelle il assista : une quille et une simple charpente transformées en moins de deux heures en un navire gréé et voguant!

Les sonnettes de Castello

La composition photographique.

Il faut faire attention au sujet, mais à tout le reste aussi!

Sonnettes-à-Castello

Un de mes Photo walk a Venise passe souvent devant cet amusant groupe de sonnettes, pendant notre ballade dans le quartier de Castello. Je me souvient les avoir photographié pour la première fois il y a plus de 10 ans, pour mon premier livre sur Venise: "Venise, rêve de lumière". Les sonnettes étaient le sujet principal, mais la colonne sur la droite m'as permis de terminer correctement le cadrage. Leica M 240, 28mm Elmarit asph 2,8, 1/45, f6,8, iso 400.

Le terrain de basket à Venise

Photo d'architecture à Cannaregio.

Parfois, les endroits étroits offrent des bonnes solutions pour la photo d'architecture.

Un-terrain-de-basket-à-Venise

On le sait, à Venise les espaces sont souvent très étroits. Pas seulement les appartements, qui sont très chers et petit, mais aussi les espaces publiques pour jouer! Et voilà un terrain de basket près de Sant'Alvise, une des parties les plus populaires et oubliée par le tourisme. Leica M 240, objectif 28mm f2,8 1/180 f 11, iso 800.

L'ancien atelier de Tintoretto!

Photo de portrait dans l'atelier de Tintoretto.

Comment faire un portrait dans un atelier rempli de choses? Y mettre tout dedans! 

L'ancien-atelier-de-Tintoretto.

Venise a toujours eu un très grande traditions dans l'imprimerie, à partir du XVème siècle. L'une des plus belles imprimeries se trouve dans l'ancient atelier du grand peintre Tintoretto à Cannaregio! Leica M 240 avec 28mm f2,8. 1/6" f4 iso 800.